Bolesław Biegas (1877 – 1954)

Bolesław Biegas. CHWILA, 1903/4

Lot 49. BOLESLAS BIEGAS (1877-1954). CHWILA (UN MOMENT), VERS 1903-1904. Bronze de patine brun-roux. Signé et titré. Fonte d’époque. Bronze with red-brown patina; signed and titled; cast during artist’s lifetime. 38 CM • 15 IN. Un avis d’inclusion dans le catalogue raisonné Boleslas Biegas du Comité Biegas avec le soutien de la Société Historique et Littéraire Polonaise (SHLP), signé par Monsieur Xavier Deryng et Madame Anna Czarnocka le 24 novembre 2020, sera remis à l’acquéreur. PROVENANCE: Offert par l’artiste à l’écrivain Louis Mouilleseaux (1895-1967) dans les années 1930 puis par descendance. Collection particulière, France. EXPOSITION: Paris, Galerie des Artistes Modernes, 23 mars-4 avril 1908, n° 31. ŒUVRE EN RAPPORT Boleslas Biegas (1877-1954), William Shakespeare, 1929, huile sur panneau, 82,5 x 61,5 CM, collection particulière. “La première impression, en pénétrant dans cet atelier de Vaugirard où travaille solitairement le plus doux des révoltés polonais, c’est la stupeur. Des échevèlements de corps diaphanes, des filles-fleurs, des nonnes extatiques, des sanglots concrétisés, des étreintes, des mains crispées, des cauchemars, des sphinx, tout un monde d’imaginations, tourmentées, mystiques, déréglées, d’une étrangeté irréelle, systématiquement éloignée de la nature. La statuaire de M. Biegas nous est quasi-impénétrable. Il semble qu’il ait voulu réaliser des hallucinations. Son symbolisme déconcerte, terrifie. II m’apparaît bien qu’au lieu d’équilibrer des plans, des masses et des volumes (comme ont fait ingénument tous les sculpteurs depuis Scopas jusqu’à Rodin, en passant par Donatello, Claus Sluter, Michel Colombe, Michel-Ange et Pierre Puget). M. Biegas a tenté d’intégrer dans l’art plastique le plus concret qui soit, – la sculpture, – tout ce qui ressortit plutôt à la littérature, à la musique et même à la peinture. Entreprise hardie, singulière et respectable profondément, comme ce qui cherche à innover et à s’élever, que M. Biegas se soit trompé parfois, il se peut. Mais le poète en statuaire qu’est M. Biegas est trop indépendant pour ne pas admettre qu’on le discute. II a lutté contre l’École et la férule officielle en son pays. Il devra lutter aussi chez nous. Mais cette perspective n’est point pour effrayer une telle âme. Faire ouïr – par le moyen du ciseau et du bloc – les voix élémentales, exprimer le mystère, le fugace, l’infini, fixer dans le bronze l’insaisissable, quelle plus noble chimère ? Je m’empresse d’ajouter qu’à tous ces concepts d’une statuaire philosophique et poétique, M. Boleslas Biegas sait juxtaposer, en ses solides et expressifs bustes (ceux de Mme de Bosznanska, de Verhaeren, de Fontainas), les mérites d’une exécution sobre, volontaire, et puissamment réaliste.” Louis Vauxcelles, “Visite d’Ateliers. M. Boleslas Biegas”, in Gil Blas, Paris, 16 février 1910, n° 12057. Estimate 20,000 – 30,000 euro. Tajan. 06/15/21. Sold 21,000 euro

By zatrzeć przykre wrażenie poprzedniego wpisu, przedstawiam wielki cymes z Francji, czyli orygialną rzeźbę Bolesława Biegasa z 1903/4 roku a także pośmertny odlew innej jego pracy. Kłaniam się nisko Biegasowi-rzeźbiarzowi. Chwila ma piękną historię wystawienniczą oraz znakomitą proweniencję. Być może jest to egzemplarz jednostkowy ale pewności nie mam czy na początku XX wieku we Francji oznaczano ilość odlanych egzemplarzy. W przypadku tego oryginału to nie ma znaczenia.

Bolesław Biegas. L’ÉTREINTE

Lot 48. BOLESLAS BIEGAS (1877-1954). L’ÉTREINTE. Bronze de patine brune contrastée. Signé et numéroté ‘2/8’ avec le cachet de fondeur ‘Rosini/Fondeur d’art à la cire/Paris’. Fonte posthume, le modèle en terre cuite conçu en 1925. Bronze with brown patina; signed, numbered ‘2/8’ and stamped with the foundry mark ‘Rosini/Fondeur d’art à la cire/Paris’; posthumous cast, the terracotta model designed in 1925, 36 CM • 14 1/8 IN. PROVENANCE: Collection particulière, France. “Votre pouce de modeleur est expert. La matière obéit admirablement aux moindres inflexions de vos doigts savants et fiévreux. Votre métier n’est pas celui qu’on enseigne, mais celui qui vous est venu, naturellement, de votre cerveau qui concevait et enfantait. Vous faites parler et tressaillir le bloc de glaise comme si tout l’organisme humain y était emprisonné. Une bouche, un front, des yeux sont pour vous bien plus que de la chair : ils sont avant tout une pensée, une volonté, un sentiment. Rien ne vous intéresse, à moins que ce rien ne concoure à l’expression. Voilà pourquoi je vous aime surtout dans votre lutte avec la réalité profonde et frissonnante que vous dotez d’une intensité telle que l’âme humaine y apparaît comme chez les vrais maîtres.” Émile Verhaeren, Boleslas Biegas, sculpteur et peintre : album, Louis Theuveny Éd., Paris : s.d. (1906), p. 11. Estimate 8,000 – 12,000 euro. Tajan. 06/15/21. Sold 6,000 euro

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s